jeu 20 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

VILLAGE DU BASGA : Les rideaux sont tombés

S’en est fini avec la 6e édition du VILLAGE DU BASGA dans le Ganzourgou. Un bilan artistique satisfaisant. Soit 21 artistes musiciens à raison de 7 artistes par jour pendant 72 heures.

Record d’affluence depuis le lancement de cet événement, il y a 6 ans. Soit environ 1.500 personnes le premier jour, 4.500 le deuxième et plus de 7.000 le jour de la clôture. L’accès au site était conditionné par l’achat d’un laissez-passer qui s’élevait à 500 francs par jour, cela n’aura pas empêché le public de Zorgho de faire massivement le déplacement.

La régie Son et lumière assurée par la structure SEYDONI PRODUCTION aura grandement joué sa partition avec surtout une sonorisation live et play-back de bonne facture. L’assistance technique et organisationnelle de Ibrahim Zerbo, Kenzo Cash Liguidi et Moustapha Porgo auront grandement pesé dans la réussite de cette édition.

Une animation populaire, un imprésario populaire. Celui qui l’incarne de nos jours au Faso en langue française, c’est Désiré Kodjo. Ce dernier a également répondu présent pour après laisser la place à son jeune collègue Saint Pierre Sawadogo à la clôture.

Les rares partenaires qui ont accompagné l’événement n’ont pas hésité à manifester publiquement leur satisfaction. Le parrain artistique Zougnazagmda lui-même est monté au créneau pour leur dire merci.

La forte délégation coutumière de la région, avec à sa tête Sa Majesté,  a marqué son soutien en faisant le déplacement samedi sur le site aux côtés du représentant du Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme.

Un festival qui s’annonce désormais comme une  plate-forme d’expression pour nos artistes en quête de belles scènes. Cela a permis à bons nombres d’entre eux, de jauger leur talent soit en play-back pour les uns et en live pour les autres.

Certains noms d’artistes  resteront graver dans  les annales de ce village à savoir : Tanya, Nourat Zoma, Bissongo Mariah.

Au fil des éditions, le VILLAGE DU BASGA sera par excellence, le festival de musique le plus huppé du pays.

Avec beaucoup plus rigueur et de professionnalisme dans l’organisation en ajoutant d’autres formes artistiques telles que  l’humour, ce festival pourra s’ouvrir vers d’autres horizons.

Au regard de l’affluence grandissante, le volet vidéo doit désormais faire son entrée. Notamment, en disposant des écrans géants sur le site pour permettre d’assurer une couverture plus large.

Tout en saluant les prouesses qui sont déployées  en termes de sécurité locale, le comité d’organisation doit davantage renforcer ce volet.

Afin d’amoindrir la présence des objets ou tous autres produits cassables, une unité de boisson à pression peut être disposée sur le site. Cela éviterait tout désagrément.

Certes pour l’instant, le promoteur de cet événement Luc Noundia Kaboré prône pour une participation massive des mélomanes mais, dans les prochaines années la qualité et l’excellence prendront le dessus.

Un festival  qui vient une fois de plus de gagner en maturité.

 

SOURCE : Hervé Honla alias LECHAT !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

« Naam toga ne Waoogré » : Le tout nouveau clip de la sœur P. Anne Marie Kaboré

Fort de cinq minutes cinquante sept secondes (5'57), Sœur...

Concert « Résilience »: Le comité d’organisation prêt à 98%

Le concert « Résilience » de l’artiste musicien Reman,...

Pô: Le promoteur Damien Copia offre deux millions aux jeunes du Nahouri

Plus de dix mille visiteurs du festival des Retrouvailles...

Musique: « Saaga » de Dez Altino enflamme la toile

L’artiste musicien Dez Altino a dédicacé le jeudi 30...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page