mer 29 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

CINEMA : Kady TRAORÉ, réalisatrice talentueuse et chevronnée du Burkina.

Le secteur culturel burkinabè enregistre également des femmes
battantes. INFOS CULTURE DU FASO jette ici ses projecteurs sur Kady
TRAORÉ, Actrice, réalisatrice, productrice de films et agent
artistique burkinabè.

Elle est née dans les Hauts-Bassins à Bobo-Dioulasso, deuxième
ville culturelle du pays, l’artiste Kady TRAORÉ est une réalisatrice
talentueuse et chevronnée du Burkina. Cette comédienne est le fruit
de l’ISIS (Institut supérieur de l’image et du son) à Ouaga. Elle
arrive véritablement au cinéma il y a de cela une dizaine d’année
par la comédie en 1999 avec la Séries Télé « LES JEUNES BRANCHES »,
de Issouf Tapsoba. C’est-à-dire avant même d’aller se former à
l’ISIS. Après les études, elle s’est donc lancée sur le terrain. Là
elle remarque de jeunes qui faisaient des films mais qui n’avaient
pas fait des études. Trouvant que ces derniers sont passionnés et
créatifs, la réalisatrice professionnelle collabore avec eux. Ils
réalisent ensemble un scénario simple avec moins de décor et de
comédiens par faute de moyens.

Aujourd’hui mariée et mère deux enfants, la fascinée par la lumière est
productrice de cinéma avec sa structure dénommée ATHENA FILMS. Dans
ses œuvres, l’on retrouve un documentaire sur le célèbre rappeur
Smockey étant en effet son époux.

En général, cette femme battante travaille pour la cause de la
société et présente une riche carrière d’actrice dans les films,
téléfilms, séries télés : Gomtiogo (2001) de Antoine Yougbaré ; Les
jeunes branchés (2001) de Issouf Tapsoba ; A nous la vie (1998) de
Toussaint Tiendrébéogo ; Traque à Ouaga (2004) de Boubakar Diallo ;
Dossier brûlant (2005) de Boubakar Diallo ; Code phénix ; (2005) de
Boubakar Diallo ; L’or des Younga (2006) de Boubakar Diallo…

Dans l’écriture, Kady travaille avec Issaka Sawadogo, l’un des durs du
cinéma. Par exemple dans le film PREJUGE, elle dénonce la
maltraitance de la femme tout en prônant l’éducation ainsi que le bien
être de la fille.

 

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Nahouri : festival des Retrouvailles du Nahouri, act 1 prévu à Pô

La première édition du festival des Retrouvailles du Nahouri...

Festival Tiebélé Guigana, acte 2: 15 000 visiteurs attendus au site

Le comité d'organisation du festival Tiebélé Guigana, a présenté,...

Saint Viateur Burkina: Les Clercs font leur bilan après 25 ans de « mission »

En prélude au colloque sur l'éducation qu'ils organisent dans...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page