jeu 23 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Festival Ciné-village de Kouila: le « jour 3 » a tenu toutes ses promesses

C’est dans une ambiance festive que s’est déroulé le troisième jour du Festival Ciné-village de Kouila. La localité de Kouila était en fête, en ce samedi 6 mai 2023. Rendez-vous a été donné aux populations avec le film « Boutélé le danger » de Djibril Amed Soré.

La population est sortie massivement pour suivre le film

Le samedi 6 mai 2023, à Kouila, localité située à Ziniaré, la satisfaction était au rendez-vous. Et pour cause, le festival a battu son plein lors ce troisième jour de festivités. Entre les brouhaha des bambins et une ambiance musicale qui plante le décor du jour 3 du festival, Kouila et ses habitants étaient dans l’allégresse. Au programme de la soirée, était à l’affiche le film long-métrage « Boutélé le danger » du réalisateur Djibril Amed Soré. En effet, c’est à travers cette production cinématographique de belle facture que le festival a tenu en haleine les cinéphiles sortis nombreux.

Le directeur du Goethe-Institut, Martin Pockrandt a rassuré de leur accompagnement pour les prochaines éditions.

Pour les organisateurs, le bilan est satisfaisant. Ils ont laissé entendre qu’à l’avenir, ils vont impliquer d’avantage les populations dans l’organisation à travers le port des pagnes tissés par les tisserands de la zone. En perspective, sera projeté dans les prochaines éditions, des films tournés à Kouila. Le charme de ce festival, réside dans sa résilience et la communion qu’il existe autour des fils et filles de la localité. Était présent à ce grand rendez-vous culturel, le directeur du Goethe-Institut, Martin Pockrandta qui n’a ménagé aucun effort pour accompagner le festival qui est à sa 9e édition. A entendre Martin Pockrandta, il sera mis tout en œuvre pour accompagner davantage le festival lors des prochaines éditions.

La restauratriste, Augustine Sawadogo : « Le chiffre d’affaire est moins reluisant que les éditions précédentes ».

Le festival Ciné-village de Kouila, c’est aussi ses rues marchandes. À l’image de la festivalière et restauratrice, Augustine Sawadogo. Elle affirme que son chiffre d’affaire est encore bas. « L’Engouement est encore morose par rapport aux années antérieures. Cela s’explique par le problème sécuritaire national qui a diminué considérablement le pouvoir d’achat des populations. Toutefois, je reste confiante pour le clap de fin de l’événement », a-t-elle martelé.

Satisfaction et moments inoubliables ont été les mots des participants

Boureima Bougouma, lui aussi embuche la même trompette que dame Sawadogo. Selon lui, la 9e édition du festival intervient à un moment où le Burkina Faso est durement éprouvé. C’est à travers un écran géant, que les habitants de Kouila ont communié avec le 7e art. La joie se lisait à travers les visages malgré un orage qui s’annonçait, c’est à voir que la population de Kouila est résiliente.

Le marchant, Boureima Bougouma crie à la mévente.

À noter que le Festival Ciné-village de Kouila a débuté le 4 mai dernier. Rendez-vous est donné ce dimanche 7 mai 2023, pour l’apothéose de ce festival qui se veut un cadre pédagogique et de partage entre les populations.

Crépin OUEDRAOGO (collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Festival Tiebélé Guigana, acte 2: 15 000 visiteurs attendus au site

Le comité d'organisation du festival Tiebélé Guigana, a présenté,...

15 mai à Zagtouli : Le Naaba Kaongo met à contribution un sanctuaire pour sa cité

La date du 15 mai est désormais journée nationale...

Education artistique: le bilan de la deuxième édition du CATSO satisfaisant

La grande finale de la deuxième édition du Concours...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page