jeu 13 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

FESTIVAL « UN VENT DE LIBERTÉ » 2018: Plusieurs artistes de renom aux côtés des prisonniers les 18 et 19 décembre à la MACO.

L’étape de Ouagadougou du Festival « Un Vent de Liberté » aura lieu les 18 et 19 décembre 2018 à la MACO autour de différentes activités socioculturelles et éducatives avec une grosse brochette d’artistes musiciens attendue sur la scène. À quelques jours de l’événement, le Coordinateur Directeur, Freeman Tapily, et ses collaborateurs ont animé une conférence de presse pour présenter plus en détails la présente dédiée aux femmes en détention avec leurs bébés. On en sait davantage. Lisez !

Après son lancement le 07 Novembre 2018 à Laye, le festival « Un Vent De Liberté » est allé le 11 novembre à Koudougou avant d’être récemment à Manga le 07 décembre dernier. C’est au tour de la capitale d’accueillir la manifestation avant qu’elle ne parte dans les maisons d’arrêts de Dédougou et de la ville de Sya, Bobo-Dioulasso. Pour ce qui concerne Ouagadougou, l’événement aussi ouvert au grand public se tiendra les 18 et 19 décembre prochain au sein de la MACO (Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou) devant plus de 2500 détenus. Les organisateurs du Festival « Un Vent De Liberté » étaient justement face à la presse ce samedi 15 décembre dans la matinée pour présenter en long et en large cette 9e édition tout en revenant sur l’initiative de façon générale.
Mis en place par l’ Association African Culture, le Festival « Un vent de liberté » a pour cibles pincipales, les détenus et tout le personnel des Maisons d’arêtes à travers le Burkina. Chaque rendez-vous représente une occasion pour les détenus d’oublier un temps soit peu leur vie carcérale et partager des moments de convivialité et de communion avec les gardes pénitenciers, les agents d’appui et la société.

Ce vent de liberté vient leurs redonner espoir et dignité et leur témoigner de l’affection sociale afin de maintenir les liens fraternels pour une réinsertion réussit et promouvoir les droits humains. Une fois l’étape de Ouagadougou passée, suivront immédiatement celles de Dédougou et Bobo-Dioulasso retenues au regard du besoin qui s’y fait sentir. Pour le Coordonnateur Freeman Tapily , le souhait serait de toucher au fur et à mesure les autres lieux de détentions sur le territoire nationale. Signalons qu’au départ, le festival un vent de liberté s’organisait juste pour apporter de la compassion aux détenus en leur permettant dans le même temps de s’épanouir et de souffler un vent de liberté morale en attendant celle physique. Plus tard, la question de la réinsertion est né avec la bonne volonté de certains partenaires et structures qui saluent et accompagnent l’idée. L’on travaille à éviter que ces vulnérables, une fois libérés, retombent dans la délinquance. L’une des innovations majeures cette année, c’est la formation qu’offre le partenaire Afrika Tomorrow:


 » Nous allons apprendre aux femmes, comment tisser personnellement des serviettes hygiéniques lavables et réutilisables », a expliqué Stephie KABORÉ, qui représentait Afrika Tomorrow à cette rencontre avec les journalistes. Toute chose qui va soulager d’une part les porteurs du projet qui, disent-ils, couraient de gauche à droit afin de réunir les moyens pour acheter des serviettes hygiéniques et les mettre à la disposition de ces « sœurs et mères ».
Après la prison, ces dernières peuvent continuer d’en confectionner pour revendre sur le marché. D’où la promotion également de l’insertion professionnelle.
Le parrain artistique de l’édition 2018 est Ismo Vitalo, ancien détenu aujourd’hui une vedette de la musique sous-régionale et africaine. « La prison n’est pas une fatalité. Je vais échanger et motiver ces jeunes (…) », rassure l’artiste ayant fait 4 ans et 6 mois en prison en Côte-d’Ivoire. Au Présidium de la rencontre du jour, en plus de Freeman Tapily, étaient aussi Moumouni Nikiema, Chargé de projet; Claude OUEDRAOGO, Directeur de la MACO ; Paul Antoine DECRAENE de l’ambassade de France au Burkina-Faso; Stephie KABORÉ de Afrika Tomorrow, Salifou KABORÉ , Contrôleur à la MACO et Ismo Vitalo, parrain artistique.

Nous y reviendrons concernant le programme et le déroulement des différentes activités à Ouaga et ailleurs.

Filasko Moussa KABORÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

ZAGTOULI : des rites initiées pour la paix au Burkina

À Zagtouli, un quartier de la commune de Ouagadougou,...

« Naam toga ne Waoogré » : Le tout nouveau clip de la sœur P. Anne Marie Kaboré

Fort de cinq minutes cinquante sept secondes (5'57), Sœur...

Concert « Résilience »: Le comité d’organisation prêt à 98%

Le concert « Résilience » de l’artiste musicien Reman,...

Pô: Le promoteur Damien Copia offre deux millions aux jeunes du Nahouri

Plus de dix mille visiteurs du festival des Retrouvailles...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page