Actualités Culture Musique

CLÔTURE FEMUZO 2è EDITION: La musique burkinabè magnifiée dans toute sa diversité.

Soixante-douze heures durant, ce sont plus de cinquante artistes burkinabè, qui ont égayé tout Zogona, ce quartier emblématique au cœur de Ouagadougou. Débuté le 15 février, le FEMUZO a vu ses rideaux tomber ce dimanche 17 février 2019. Allocutions et prestations musicales ont été les faits marquant l’épilogue de ce grand rendez-vous de la culture.

De la musique traditionnelle, du zouk, du rap, du reggae, du tradi-moderne, tel a été en substance le menu servi aux participants du festival. Etaient de la fête, de grandes figures de la musique burkinabè telles que la star à la voix d’or Asta Maila, marraine artistique dudit festival, la diva Améty Méria représentant la marraine Madame Anne Marie NYSTROM, la talentueuse Idak Bassavé, les rastaman Oskimo et Almamy KJ ainsi que d’autres jeunes et talentueux artistes dont Djoras, Zistar, les 2 Jumeaux.

Ils ont successivement tenu en haleine le grand public du jour et ont été respectivement accueillis et applaudis par des festivaliers en liesse. La variété des prestations a révélé toute la splendeur de la musique burkinabè. Véritable rencontre intergénérationnelle, cette 2è édition du FEMUZO, a été aussi un rendez-vous de partage et de communion notamment pour les jeunes.

Sa Majesté le Naaba Tanga de Zogona, notabilité sous laquelle s’est tenu le festival, a souligné que le FEMUZO est un moment pour les burkinabé, particulièrement pour la jeunesse de Zogona de réaffirmer son unité et son unicité. « Je félicite ce valeureux fils Ousséni Gandéma le promoteur avec toutes les personnes impliquées pour faire du FEMUZO une réalité dont nous vivons aujourd’hui.

Le FEMUZO n’est plus l’affaire de Zogona. C’est notre affaire à tous. Il est désormais un levier du vivre ensemble par la musique. Et pour ce faire, je vous exhorte à nous donner davantage la main pour porter haut ce festival à travers lequel notre culture toute entière est valorisée » a-t-il renchéri. Reconnaissant au promoteur du FEMUSO, le représentant du président de l’Assemblée nationale, l’Honorable député Abdoulaye Moossé, a renouvelé son soutien personnel et celui inconditionnel de son Excellence Alassane Bala Sakandé à accompagner pour les éditions à venir, cet évènement culturel qui fait la fierté des hommes intègres.

Monsieur Ousséni Gandéma, PDG, de l’agence BASS NERE, promoteur du FEMUZO, en homme comblé, a traduit sa grande joie, sa reconnaissance et ses sincères remerciements à l’Assemblée nationale burkinabé, à l’ensemble des partenaires, des Chefs traditionnels très mobilisés ; aussi et surtout aux artistes et aux milliers de festivaliers pour leur forte mobilisation. « Le FEMUZO pourrait prendre un caractère international avec la participation d’artistes internationaux et d’autres contrées. Je lance un appel aux artistes du Faso, à toutes les filles et fils du Burkina à s’approprier de ce festival qui est le vôtre. » a-t-il conclu.

Le charme particulier du festival a en partie résidé dans le fait qu’en un lieu modestement choisi malgré un contexte difficile, le pari ait été tenu. Il était à remarquer la forte présence féminine parmi les artistes. Chose qui montre que le promoteur a une vision claire de la femme au cœur de la culture burkinabè. Le FEMUZO aura gagné tout son pari. C’est avec des sentiments de joie que les rideaux du FEMUZO 2019 sont tombés. Rendez-vous est pris pour 2020.

Issa KOLGA
Correspondant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 + 1 =