dim 23 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Musique : Histoire de l’artiste PETIT DOCTEUR, devenu GRAND DOCTEUR maintenant avec son nouvel album qui sort bientôt

L’Artiste PETIT DOCTEUR est en passe de sortir son nouvel opus sur le marché de disque. Dans une publication récente sur les réseaux sociaux, il fait cas du tournage d’un nouveau clip qui signera le troisième album de sa carrière musicale. Déjà, on indique que les thématiques qui y seront évoqués sont entre autres la lutte contre la drogue, les boissons frelatées et autres stupéfiants qui font chaque jour des victimes au Burkina et en Afrique en général. De petit Docteur, il est passé à « Grand Docteur » maintenant. Infos Culture Du Faso vous propose ci-dessous un zoom sur l’histoire de cet artiste combatif.

La prédiction du voyant traditionnel, le Bagnaba Gnane Noaga de Poédgo en 1986 a décrit pour Kaboré Sana Alphonse alias Petit Docteur une vie rude, faite d’épreuves, de défis et de gloire. Les quelques pages de vie de Petit Docteur semblent suivre cet oracle mais seul son opiniâtreté dans sa passion pour la musique lui a dessiné le destin d’un grand artiste. Vingt-neuvième enfant d’une famille nombreuse de soixante-onze enfants, Kaboré Sana Alphonse nait à Lalé, à quelque 50 km de Ouagadougou. C’est dans ce village que Sana Alphonse passe l’essentiel de son enfance. Il part pour Kindi le village de sa mère avant de revenir à l’âge de 7 ans à Lalé pour espérer être inscrit à l’école. Peine perdu : le nombre d’enfants en âge d’aller à l’école dans la famille était beaucoup.

Sana Alphonse se fascine alors d’admiration pour Ambroise Kaboré joueur de Tam tam. Il va ensuite lui créer un effet particulier qui le pousse à l’âge de quinze ans à s’initier au Bendré sous la direction de Antoine Kaboré. Il devient excellent dans sa pratique et s’affirme comme l’une des principales attractions lors des cérémonies de funérailles et de Basga de Lalé. En 1993, un évènement va bouleverser toute sa vie. Son père reçoit une lettre de la Côte-d’Ivoire, et personne dans toute sa grande famille ne peut la lire. Il demande alors à Sana Alphonse de l’accompagner pour chercher quelqu’un pour la lire. Cet évènement le trouble plusieurs mois durant et le pousse à se renseigner sur comment apprendre à lire à son âge pour éviter à sa famille de retomber dans cette situation qu’il trouve déshonorante. En novembre 1993, Petit Docteur décide de partir pour Ouagadougou où il espérait apprendre à lire. A Ouagadougou, il est hébergé à Tampouy par sa tante. Il s’engage très tôt comme boy dans une famille, puis une autre dans laquelle il exige en contrepartie de son travail une contribution pour payer ses cours. Il se lance par la suite comme pousseur de barrique (livreur d’eau). Tout en travaillant comme livreur d’eau, il parvient à gagner son CEP en 1998 en classe de CM1 sous les conseils de son enseignant Kam Ernest Ollé. Après l’obtention du CEP, Il se converti en vendeur de médicaments de  rue. Avec son compagnon plus grand de taille, il parcourt la ville de Ouagadougou et à certains endroits pour marquer une différence avec son compagnon, les clients commencent à l’appeler Petit Docteur. Le désormais Petit Docteur arrive à se payer un appareil photo en 1999 et s’essaie à la photographie. Ce nouveau métier semble lui sourire. Tout en restant photographe, il fonde une discothèque (Kiosque de vente de K7 et de CD) devant le bar le Levant à Pissy qu’il nomme la « La Famille ». Il associera par la suite la réparation de portables cellulaires et la vente d’accessoires divers de portable. Avec la discothèque, il commence à se passionner pour la musique. Les grands tubes de ZMO, Zedess, CS Bazaro en passant par Neth Soul lui donnent un goût particulier au Reggae. Seul, et quelquefois enfermé dans sa discothèque, Petit Docteur entonne et essaye d’interpréter les grands titres de Reggae et improvise aussi sur les quelques riddims de Reggae qu’il détenait. En 2004, il compose sa première chanson qu’il intitule « I am Black man » et s’initie à la guitare en autodidacte. En 2007, il se lance dans l’enregistrement de son premier album au studio Artiste Simon sous la direction de l’artiste Solitaire. Un album de 6 titres qu’il intitule « Trop c’est trop ». En 2012, l’artiste étant conscient de la situation politique que traverse son continent, l’Afrique, alors baptisa son second album « MA VERITE ». Oui, ma vérité car quiconque écoutera cet album aura sa part de vérité, et la vraie, vérité reste celle de Dieu martelait-il à l’époque. Et pour rendre l’album plus universel, l’artiste chanta des titres en Mooré, Français, Dioula et Anglais. Dans cet album un titre avait fait méditer « le POUVOIR A VIE ». 

En cette année 2018, le troisième  album de sa carrière est en téléchargement. L’artiste PETIT DOCTEUR est devenu GRAND DOCTEUR  maintenant avec ce nouvel album qui sort bientôt. « L’album en cours  sera, si tout va bien, présenté à la presse dans les semaines à venir », nous a confié l’artiste au téléphone.

Nous y reviendrons assurément au soir de la sortie officielle.

 

 

Abdoul Aziz Sawadogo correspondant de Ouahigouya.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

« Naam toga ne Waoogré » : Le tout nouveau clip de la sœur P. Anne Marie Kaboré

Fort de cinq minutes cinquante sept secondes (5'57), Sœur...

Concert « Résilience »: Le comité d’organisation prêt à 98%

Le concert « Résilience » de l’artiste musicien Reman,...

Pô: Le promoteur Damien Copia offre deux millions aux jeunes du Nahouri

Plus de dix mille visiteurs du festival des Retrouvailles...

Musique: « Saaga » de Dez Altino enflamme la toile

L’artiste musicien Dez Altino a dédicacé le jeudi 30...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page