LES NUITS DE LA MODE : A la rencontre de KHRISTIAN’O, créatrice talentueuse retenue pour la SAISON 2018-2019.

 LES NUITS DE LA MODE : A la rencontre de KHRISTIAN’O, créatrice  talentueuse retenue pour la SAISON 2018-2019.

La capitale burkinabè s’apprête à vivre aux rythmes et aux couleurs de la manifestation culturelle dite ‘’LES NUITS DE LA MODE’’. Le lancement officiel de la SAISON 2018-2019 est prévu se tenir le vendredi 03 août 2018 au restaurant LA VERANDA sis à Ouaga 2000 ; à partir de 19 H. A  travers cet évènement de défilés de mode dans onze (11) différents restaurants et  Bar VIP aménagés et réadaptés au mouvement, plusieurs jeunes présenteront facilement leurs différentes créations. Une belle transition trouvée pour vous  inviter à la rencontre de KHRISTIAN’O, faisant partie des créateurs retenus pour cette saison. Pour se faire intéressons-nous à présent à sa biographie proposée ci-dessous.

 

KHRISTIAN’O est née de Kiswendsida Christiane OUEDRAOGO. Femme titulaire d’un diplôme de Technicienne Supérieure en génie électrique, elle est bercée depuis sa tendre enfance par sa mère à l’amour du tricot.  KHRISTIAN’O est donc l’aboutissement et la valorisation d’un rêve d’enfance.  Femme à double casquette, elle a, malgré les contraintes liées à son métier de technicienne dans une société industrielle de la place, su donné de son temps pour la valorisation de la laine par le tricot, longtemps considérée comme une tenue utilisée principalement pendant la période fraîche. Elle ambitionne de démontrer que la laine tricotée peut être portée à tout moment aussi bien dans les soirées Gala, sorties, mariages… que dans la période froide.

NB : Ceci est une biographie de Khristian’O.

INFOS CULTURE DU FASO fera le zoom sur tous les autres créateurs retenus pour  ‘’LES NUITS DE LA MODE’’ avec  leurs différentes concepts dont: llbach Fashionist, Merveille, Musso’ya et Glory confection. L’occasion est donc donnée aux jeunes de s’exprimer et dévoiler leur capacité en matière de création de vêtements prêt-à-porter.

« La population verra qu’au Burkina Faso, les jeunes créateurs ont du talent. Nous ne sommes pas obligés d’acheter les vêtements qui viennent d’ailleurs. On peut produire et consommer burkinabè, ceci à moindre coût. Au finish c’est le pays qui gagnerait puisque parlant de mode il faut citer en plus des créateurs et des mannequins qui en bénéficient, les tisserandes, les teinturiers, les couturiers, les distributeurs et tous les autres acteurs de ladite filière », indiquait Yasmine SININI, Promotrice dudit évènement dans une interview récente avec INFOS CULTURE DU FASO.

Faut-il le rappeler, tout va tourner autour du thème: « Métier de la mode, conquêtes des marchés et sécurité sociale ».

 

Filasko Moussa Kaboré 

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 3 =