Projet Innovartiste: Viva Innova outille des acteurs de la filière musique sur le droit d’auteur

 Projet Innovartiste: Viva Innova outille des acteurs de la filière musique sur le droit d’auteur

Dans le cadre de son projet d’incubation numérique dans la filière musique « Innovartiste », la structure Viva Innova a initié une session de formation sur le droit d’auteur, au profit des acteurs de la dite filière. C’était ce samedi 12 Mars 2022 au siège de la structure.

Viva Innova est une structure qui œuvre dans la promotion de l’innovation technologique dont l’un des axes d’intervention est notamment l’industrie culturelle et créative. Et dans cette dynamique, elle a procédé au lancement en juillet dernier, de son projet d’incubation numérique dans la filière musique intitulé « Innovartiste ». La formation des acteurs de la filière musique sur le droit d’auteur intervenue ce samedi 12 Mars 2022 s’inscrit toujours dans cette même logique.

Il s’est agi essentiellement d’entretenir ces acteurs sur trois sujets fondamentaux, à savoir les avantages d’adhésion au Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA); les techniques de fixation des redevances, de perception et de répartition des droits d’auteur; les enjeux du numérique sur le droit d’auteur à l’ère du numérique. A cet effet, les échanges ont été conduites par Madame Delphine Somé/Zongo, Directrice de la documentation générale du BBDA. Dans l’ensemble, ce fût des échanges concluantes et sans langue de bois entre les acteurs de la filière et Madame la Directrice. Du reste, des suggestions ont été faites par les acteurs allant dans le le sens d’une bonne collecte des droits d’auteur et d’un accompagnement pour la promotion de leurs œuvres. Car disent-ils, il est bien d’aider les artistes à créer mais le plus important demeure la promotion de ces créations.

 

Abdoul Razack Kaboré, chargé du projet d’incubation “Innovartiste”

“Ce qui a prévalu à la mise en place du projet « Innovartiste » est que nous avons constaté quatre déficits au niveau de la culture, notamment le manque de moyens financiers, l’absence de formation des acteurs, le problème de structuration, et l’inadaptation des moyens classiques pour la distribution des œuvres musicales. La formation de ce matin vise à répondre deux objectifs tels que l’aspect numérique en permettant la participation en ligne de certains acteurs, mais aussi de livrer un contenu qui va pouvoir répondre au manque de renforcement de capacités. Ce-ci dit, des participants de Koudougou et Bobo-Dioullasso ont pu participer à partir de l’application Zoom. C’est un projet assez structurant et nous osons croire que cette formation participera à approfondir leurs connaissances en terme de droits d’auteur”, a fait savoir Abdoul Razack Kaboré, chargé du projet « Innovartiste » à Viva Innova.

Madame Delphine Somé/Zongo, Directrice de la documentation générale du BBDA

Pour Madame Delphine Somé, une telle initiative entre les créateurs et le BBDA est toujours salutaire. A cet effet, elle a tenu à adresser ses vives félicitations à Viva Innova d’avoir initié cette rencontre. Selon ses propos, les échanges ont permis de comprendre que beaucoup d’entre eux ignoraient bon nombre d’informations en ce qui concerne les droits. Pour ce qui est des suggestions, elle rassure les transmettre à qui de droit en vue d’une réflexion pour leur probable prise en compte. Qu’à cela ne tienne, Madame Delphine Somé a indiqué que ces suggestions pourraient aider le BBDA à améliorer ses prestations de service, car dit-elle, aucune œuvre n’est parfaite.

OVIS, artiste-chanteur et participant à la formation

Si les initiateurs de cette formation ont exprimé leur satisfecit, il en est de même pour les bénéficiaires. C’est le cas de Innocent Ouédraogo, plus connu sous le nom d’artiste OVIS. A l’en croire, il ignorait beaucoup de choses sur le droit d’auteur avant cette rencontre. Et au sortir donc de ces travaux, il repart outillé et bien informé. “Quand on ne comprends pas certaines choses, on peut penser qu’on est dupé. Et là, cette formation nous éclaire davantage “, a-t-il déclaré

“j’appelle Viva Innova et le BBDA à poursuivre ces types de rencontres”, Tchè-Yèrô, artiste-chanteuse et participante à la formation

avant d’être rejoint par une autre artiste-chanteuse du nom de Tchè-Yèrô, Somé Tyè-Erô Florence à l’État civil. Pour elle, l’initiative est plus que salutaire même si le temps accordé n’était pas suffisant. “J’ai beaucoup appris aujourd’hui sur le droit d’auteur, précisément sur les techniques de perception et de répartition des droits, etc. Il faut dire que je suis artiste depuis 2017, mais c’est seulement aujourd’hui que j’ai eu l’occasion de comprendre assez d’éléments sur nos droits d’auteur. Et si ces genres d’initiatives se perpétuaient, ça serait vraiment important pour nous”, foi de l’artiste.

 

Boukari OUÉDRAOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 ⁄ 14 =