Théâtre : la pièce “Terre Ceinte” continue d’éblouir le public au Théâtre des Récreatrales

 Théâtre : la pièce “Terre Ceinte” continue d’éblouir le public au Théâtre des Récreatrales

Une semaine après le lancement officiel de la saison 2021-2022 du Théâtre des Récreatrales, la mobilisation est toujours de taille pour assister au premier numéro dudit Théâtre, intitulé “Terre Ceinte”. C’était le cas ce vendredi 26 mars 2021. Véritable coup de pouce à la lutte contre le terrorisme, cette pièce est une adaptation du metteur en scène, Aristide Tarnagda.

Il est 20h pile à la montre, et la porte du théâtre des Récreatrales s’ouvre pour permettre aux spectateurs d’occuper les gradins. Et comme tous les soirs des jeudi, vendredi, samedi et dimanche, le public est toujours au rendez-vous afin de découvrir cette pièce théâtrale qui continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive, depuis le lancement officiel de la saison 2021-2022 du Théâtre des Récreatrales. “Terre Ceinte”, c’est bien le titre de cette pièce, adaptée bien-sûr du roman éponyme de l’écrivain sénégalais Mohamed M’bougar Sarr, intitulé également <<Terre Ceinte>>.

Au coup du projecteur pour le début proprement dit de la pièce, l’émotion était déjà lisible sur le visage de chacun des spectateurs; tandis que les comédiens sur scène exécutaient à la lettre cette mise en scène de Aristide Tarnagda, aussi auteur et par la même occasion, Directeur général des Récreatrales. Des sentiments d’émotion que l’on pourrait aisément comprendre au vu du thème abordé dans cette pièce : les effets dévastateurs du terrorisme. Et ce n’est donc pas le fruit du hasard, si ce sont des comédiens de renoms qui ont été choisis pour mener à bien ce projet. Ce sont entre autres Mouna N’diaye, Odile Sankara, Serge Henry, Rémi Yaméogo, Alain Héma, Noël Minoungou, Ali K. ouédraogo, appuyés surtout par la musique douce de l’artiste-musicien Sydir.

Il s’agit en effet, dans cette pièce, d’une ville dénommée Kalep qui se reveille un matin dans les mains de la Fraternité, une organisation d’islamistes radicaux. Terreur et tuerie étaient les maitre-mots de leur forfaiture. Et d’un coté, à l’abri du public, une résistance se mène par un groupe d’individus, à travers la publication d’un journal sur les effets et comportements surréalistes de ces islamistes. Mais cette résistance ne sera pas sans conséquence. Cependant, pour le metteur en scène, Aristide Tarnagda, l’idée est de faire comprendre à tout un chacun que la responsabilité de combattre le terrorisme n’incombe pas seulement à l’État ou à l’armée. Tout citoyen, selon ses propos, devrait avoir une partition à jouer.

Un message qui, du reste, semble pas passé inaperçu. À en croire à Madame Lucie Tankoano, une des spectateurs présents ce soir, cette pièce fait revivre la crise securitaire qui paralyse le Burkina Faso et ses pays limitrophes. “En plus de nous faire comprendre que c’est ensemble que nous pouvons vaincre le terrorisme, cette pièce nous amène à beaucoup réfléchir par rapport à notre manière de vivre la religion, la foi. Dieu lui-même est miséricorde, en ce sens que nous devrions nous aussi vivre avec cette miséricorde”, s’est-elle confiée. Même son de cloche pour un autre spectateur du nom de Salam Nasri. Selon ses dires, vaincre le terrorisme, est une question d’unité. ” Nous devons unir nos forces, nos idées afin de parvenir à une véritable lutte contre ce fléau. De ce fait, cette pièce est d’une grande importance. Pour ma part, j’inviterai tous mes amis à venir y assister”, a-t-il martelé.

<<Terre Ceinte>> reste toujours à l’affiche tous les jeudi, vendredi, samedi et dimanche, jusqu’au 04 avril prochain, au Théâtre des Récreatrales. Par ailleurs, elle se déplace à l’Institut français de Ouagadougou le 10 avril avant de clore au Prytanie Militaire du Kadiogo (PMK), le 11 avril 2021.

Boukari OUÉDRAOGO
Fabrice parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
16 ⁄ 4 =